La vie au village
avant les années 1950


La Grande Rue dans les années 30. On y voit toujours des charrettes ;
les voitures ont fait leur apparition mais sont encore rares.

Jusqu’au milieu des années 1930, la voiture était plutôt rare à La Foye. Quelques-uns seulement en possédaient et la réservaient pour les grandes occasions. La très grande majorité des habitants se déplaçaient à pied ou bicyclette. Ils s’approvisionnaient et se divertissaient au village, ce qui permettait à de nombreux artisans de vivre. À cette époque, un garde champêtre habitait encore près de la maison des grands parents de Jean-Jacques. Il avait un tambour et passait régulièrement annoncer les nouvelles du village dans tous les quartiers. Cela durera jusqu’au début des années 1950, pour faire place a la vie moderne, plus éparpillée et individuelle.

Jusqu'à l’après-guerre, il y avait beaucoup d’animation au village, les jours de marché sous les halles, les dimanches à la messe, et lors des deux foires qui étaient alors très fréquentées. On s’entraidait beaucoup à cette époque où les travaux étaient essentiellement manuels (moissons, battages, vendanges, lessives, coupe de bois en hiver…) et c’était à chaque fois l’occasion de partager de bons moments. Certains anciens s’en souviennent, et aiment à remémorer ces moments heureux de leur jeunesse.

Commerces et services à la Foye
dans les années 1920-1930

(Extrait des souvenirs d’une Fayaise)




Les services
  • 1  – Mairie et Ecoles
  • 2  – Bureau de Poste
  • 3  – Pompiers
  • 5  – Ecole maternelle
  • 14 – Les Halles couvertes et le marché. Il s’y tenait un marché tous les vendredis. Il y avait une poissonnerie, boucherie, des marchands de légumes. On y trouvait aussi vêtements et chaussures.  

Les commerçants
  • 4  – Négociant en vins (Birard)
  • 6  – Hôtel (Julia Boyer)
  • 7  – Café (Maret)
  • 8  – Hôtel-restaurant 
  • 10 – Hôtel du chêne vert (Alphonse Dorey - Berlouin)
  • 13 – Epicerie (Léa Sauvaget)
  • 19 – Vétérinaire (Béziau puis Martin)
  • 20 – Auberge
  • 21 – Docteur (Morisset). Quelques docteurs de La Foye : Dupont, Morisset, Mlle Saint-Laurent, Mordret, Donat (pendant la guerre de 40)
  • 25 – Epicerie-syndicat (Arnaud – Racaud)
  • 26 – Epicerie (Brothier - Garnier), négociant en vins (Brothier)
  • 27 – Boucherie (Tournat, Champagne puis Voirin)
  • 28 – Bureau de tabac (Camille Granger)
  • 29 – Huissier de justice (Bordes)
  • 31 – Coiffeur Epicerie (Henriette et Henry Bernard)
  • 32 – Engrais, grains (Jean Nourisson)

Les artisans
  • 9  – Cordonnier (Morin)
  • 11 – Forgeron, Maréchal-ferrant (Sauvager)
  • 15 – Forgeron (Alain). C’était l’ancien Octroi (Paiement de taxe sur le transport du vin et autres marchandises à l’entrée du village avant la révolution). On retrouve encore gravé sur le porche « Corps de garde-Octroi »
  • 12 – Menuisier (Albert Dorey, père d’Edouard)
  • 16 – Bourrelier (Lucien Racaud). Le père Racaud y faisait des harnais de chevaux et de bœufs.
  • 18 – Tonnelier-Charron (Arsène Marchand)
  • 22 – Maçon (Gendron,  Desset)
  • 23 – Cordonnier (Prunier) 
  • 24 – Menuisier (Pierre Coutureau)
  • 30 – Boulangerie – Syndicat (Henri Morisson). Boulangerie-syndicat : Chaque paysan apportait du blé à moudre, et en échange avait du pain.

---

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire