L'époque de la vigne


Depuis mon enfance, j'ai toujours rêvé d'aller un jour m'installer à la campagne. Avant de connaître mes ancêtres, n'importe quelle région de France aurait fait l'affaire. Mais aujourd'hui, si l'occasion venait à se présenter, je ne pourrais que choisir ce petit coin de Saintonge qui s'étend entre Niort et la Charente-Maritime.

Ce rêve en tête, je me suis parfois demandé pourquoi mes ancêtres avaient quitté leur pays, où j'aurais tant aimé naître et grandir. C'est en étudiant l'un de mes aïeux, Adolphe Prunier, que j'ai compris. Cette transition vers la ville, en particulier, c'est faite avec lui. 

André

C'est ainsi que j'imagine Charles Prunier et Madeleine Griffon,
les parents d'Adolphe, lorsqu'ils montaient à Niort. Les coiffes et les robes longues
que portaient alors les femmes disparaitront vers 1900.

Adolphe-Charles Prunier naît en août 1861 sous Napoléon III. Aux États-Unis, c’est le début de la guerre de Sécession, tandis qu'à Paris Charles Garnier dirige la construction de l'Opéra. Il est fils unique, ce qui est plutôt rare à cette époque, conséquence du mariage tardif de son père. Ce dernier, Charles Prunier [1], était âgé de 45 ans lorsqu'il avait épousé Madeleine Griffon.

Il n’a guère connu ses grands parents, et uniquement du côté de sa mère. Madeleine Bodin, puis Jean Griffon décèdent alors qu'il n'a encore que cinq ans. Il grandit au village de Limouillas, voisin de celui de La Foye-Monjault. C'est une paroisse essentiellement viticole, connue depuis François 1er pour la qualité de ses vins.

Mais le 19e siècle voit en France l'apparition des maladies de la vigne venues de l'Amérique. Son père, un vigneron, avait déjà du faire face à la crise de l'oïdium entre 1845 et 1852. En 1865, c'est l'arrivée du phylloxera, qui sera suivit en 1878 par le "mildiou" (de l'anglais "mildew" : moisissure) et finalement en 1885 par le "black-rot".

La guerre Franco-Prussienne, en 1870, semble avoir épargnée sa famille. Lui n'a que neuf ans et Charles est trop âgé. La troisième république qui succède à l'Empire constituera le cadre politique de sa vie sociale jusqu'en 1914. C'est la Belle Époque, qui verra l'arrivée de la mode parisienne et des grands magasins à Niort.


Mais pendant ce temps à l'est, déjà amputé de l'Alsace et de la Lorraine, la tension monte. Pour se donner les moyens de faire face à la puissance Allemande, le gouvernement va poursuivre une politique de scolarisation agressive, visant notamment à éliminer les patois et autres spécificités culturelles régionales. Il s'agit de donner aux Français une identité commune plus forte, en préparation des conflits à venir.


Ainsi, contrairement à ses parents, Adolphe saura lire et écrire. Un avantage qui lui permettra d’envisager un avenir professionnel sortant des traditions paysannes de ses aïeux.

En 1881, à 19 ans, il perd Madeleine, sa mère. Six ans plus tard, il épouse Marguerite Clouzeau, âgée de seulement 17 ans, dans le village natal de cette dernière, à Saint-Symphorien. Son père s'éteint peu de temps après. Le couple habite d'abord à Limouillas, où il est vigneron comme ses parents. Marguerite y donne naissance à Armantine, Clovis et Germaine.

Mais dès 1886, les vignes sont décimées et les viticulteurs ruinés. Même si certaines solutions seront proposées à partir de 1890, le paysage s'est transformé. Les terres sont pauvres mais on y plante du blé, avec de faibles rendements. On importe des moutons et plus tard des vaches. Seuls les paysans ayant encore les moyens d'investir se risqueront à replanter de la vigne. Les autres comme Adolphe devront partir, contraint de vendre leur terre pour une fraction de son prix d'antan, ce dont profiterons notamment les éleveurs vendéens.

Une vue de Niort juste avant l'arrivée de l'automobile, telle qu'ont dû la connaître Adolphe et Madeleine en 1893. Quelques années plus tôt, l'Avenue de Paris avait été l'un des lieux, à Niort, où les vignerons de Saintonge amenaient des charrettes chargées de tonneaux, et où les négociants de Gâtine venaient prendre livraison des vins.
















La grande sécheresse de l'année 1893 constitue un tournant. On assiste à la désertion des campagnes. Cette année là, Adolphe monte habiter à Niort avec sa famille. Dans un premier temps au 9 rue de Solférino, où naît sa troisième fille Anna. Il exerce alors le métier de négociant. Ils déménagent ensuite au 24 rue Saint-Symphorien, où naissent Roger et Suzanne, et il devient patron d'une entreprise de vidange. Il est noté sur le recensement de 1906 comme résidant au centre ville de Niort, au 18 avenue Saint-Jean [2], avec tous ses enfants.

Il a 53 ans lorsqu'éclate la première guerre mondiale.

























---
L'époque de la vigne est la deuxième partie de la chronique familiale d'André, qui commence avec : Les jumeaux de Limouillas

---
Notes
---
[1] Charles, père d'Adolphe, naquit Charles-Adolphe Prunier. Par facilité, je le nomme Charles dans ce texte afin de le différencier de son fils. En fait, comme son frère aîné s'appelait également Charles, il porta lui aussi le prénom Adolphe. [<-]


Ascendance d'Adolphe Prunier, fils :

                                                         ____ Jean PRUNIER (1736-1780), journalier
                                                       /                          
                           ___ Jean PRUNIER (1776-1841), menuisier
                         /                            \                          
                         |                              ¯¯¯¯¯¯¯¯ Elizabeth POMMIER (1739-1816)
                         |                                                        
   ___ Charles-Adolphe PRUNIER (1815-1889), vigneron
 /                       |                                                       
|                        |                              _____ Louis ARNAUD (~1737-1804), cultivateur
|                        \                            /                          
|                          ¯¯¯¯¯ Anne ARNAULT (1781-1853)
|                                                     \                          
|                                                       ¯¯¯¯¯¯¯¯ Marie SABOURIN (~1738-1801)
|                                                                                
Adolphe-Charles PRUNIER (1861-), vigneron, négociant (de vin),
entrepreneur de vidange

époux en 1887 de Marguerite CLOUZEAU (1869-)
|                                                                              
|                                                        _____ Jean GRIFFON (1750-1802), journalier
|                                                      /                          
|                          ___ Jean GRIFFON (1787-1865), journalier
|                        /                             \                          
|                        |                               ¯¯¯¯¯¯¯¯ Marie ROCHER (~1748-1801)
|                        |                                                      
 \  ___ Madeleine GRIFFON 1819-1880
                         |                                                       
                         |                               _____ Pierre BODIN (~1745-1817)
                          \                            /                          
                            ¯¯¯¯¯ Madeleine BODIN (1787-1864)
                                                        \                          
                                                          ¯¯¯¯¯¯¯ Marie BARREAU (~1750-1822)



Adolphe-Charles PRUNIER et Marguerite CLOUZEAU eurent six enfants :
  • Armantine Eulalie PRUNIER (1888-1956), épouse en 1918 de Fernand Louis CONTE
  • Clovis Norbert PRUNIER (1889-1973), époux en 1917 de Berthe Geneviève CAVIER
  • Germaine Antonia Marie PRUNIER (1892-1913)
  • Anna Antoinette PRUNIER (1893-1968), épouse en 1917 de René Jean CHALLIER
  • Roger Désiré Joseph PRUNIER (1896-1963), époux en 1919 d'Yvonne MOURILLE (1898-)
  • Suzanne Marguerite PRUNIER (1899-1969), épouse en 1919 d'Eugène BANT
[2] Qui doit être l'Avenue Saint-Jean d'Angély, non loin de la rue de Solférino. [<-]


---

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire